ZE Blog inutile

Un blog pour quoi faire ?

Il y a un an et demi...

...j'avais écrit une diatribe contre les blogs, me posant déjà à l'époque la question de la judiciosité de créer un blog. A l'époque, le phénomène croissait et se multipliait comme des boutons d'acnée sur un visage d'adolescent malchanceux.

Mon avis n'a pas tellement changé, tout au plus il s'est légèrement nuancé, mais un besoin irrépressible de céder à l'appel du vide (exponnentiel sur le Toile) m'a poussé à me jeter dans le warp du cyberespace, sans peur du ridicule, affrontant le paradoxe sourire aux lèvres, armé de la seule conscience de mon égocentrique non-importance affichée.

Pour la bonne bouche, je colle ici le texte écrit tel quel à l'époque :

Créer un blog pourquoi faire ?

Déjà, rien que le fait de m'interroger depuis plusieurs jours sur le sujet me laisse penser à l'inutilité et/ou la prétention d'une telle démarche. Et pourtant…
Si je devais en créer un, ce serait essentiellement pour y consigner des billets d'humeur, parfois désabusés, parfois enflammés, mais toujours des choses qui relèvent de l'abstrait. Pas de considérations techniques sur rien de matériel (ce n'est pas mon rayon), pas d'album photo (trop privé), pas de journal plus ou moins intime…
Vraiment ? Pas de journal ? Pourtant l'expression écrite est celle que je maîtrise le mieux, alors ? Alors c'est précisément sur ce point que je m'interroge, sur l'utilité de découper et de mettre à plat ma sphère intérieure. Tout le monde le sait, ce processus est déformant et le résultat n'est qu'en partie fiable. Il n'y a qu'à comparer une carte du monde à plat (dite planisphère) et son équivalent sphérique : plus on s'éloigne de l'équateur, plus il y a de distorsions sur la planisphère. Il en sera forcément de même avec la mise à plat de mes pensées les plus personnelles.
Un constat s'impose ici : rien, absolument rien de ce que l'on a au plus profond de soi ne peut être exprimé avec une totale justesse.
Admettons…
Mais cet état de fait n'empêche pas les braves gens de créer des blogs par milliers. Réduisons ce chiffre en ne tenant pas compte des blogs-vitrines où certaines personnes aux compétences et aux talents plus ou moins variables exposent leurs œuvres. La démarche de ceux-ci est simple et louable que l'on peut résumer telle une petite annonce : « échge créations contre feedback, si poss. valorisant. Trolls s'abst. »
Les personnes qui créent de leurs mains, lorsqu'elle le font avec un don certain et une vraie passion, ont tout mon respect, moi qui balbutie dans diverses matières sans vraiment de capacité.

Ne gardons donc que les blogs purement scripturaux en y associant les adeptes du fouillis photographique hétérogéno-bordélique qui, contrairement à ce qu'on pourrait croire, ne sont pas tous issus de cerveaux pré-pubères ou en plein âge bête. Leur objectif, c'est quoi au juste ? Comme la catégorie décrite précédemment, on va me dire « faire partager ce qui les intéresse ». A priori, je n'ai rien contre. Mais l'intérêt n'est-il pas vite limité ? Si une dizaine de personnes se sentiront concernées de loin, est-ce suffisant pour occuper le cyberespace ? La gratuité du concept n'arrangeant rien, comment faire le tri dans cet incontrôlable foisonnement de blogs dont la multiplication n'est pas sans rappeler la vie sexuelle du lapin : ça « conçoit » très vite et en grand nombre.
Si au moins on pouvait se faire un civet de blogs, mais même pas !

La question est : les états d'âme des blogueurs (comprenez de la 2ème catégorie) sont-ils vraiment de l'ordre du partage ?
J'en ai survolé plusieurs et une remarque m'est venue : des deux démarches les plus clairement identifiables (décrites ci-après), aucune n'est empreinte du moindre altruisme ni de la plus petite modestie. Il est où le partage lorsqu'on se contente d'imposer son humeur ?
La première démarche d'écriture logorrhéique consiste à exposer en long en large et en travers, souvent avec une très bonne maîtrise du langage d'ailleurs, un mal-être, de la rancœur, du misérabilisme, de la noirceur, de la mélancolie, du romantico-tragique, etc… Et en lisant les commentaires des internautes et les réactions de l'auteur, j'ai compris qu'à part se faire plaindre, le seul et unique but du blogueur est de s'entendre dire « mon Dieu, comme tu écris bieeeen ! ». A noter que l'auteur ne lit pas, ou peu (seulement si en manque d'inspiration), les blogs de ses « concurrents ». Il ne cherche pas à quitter son mal-être car il l'utilise pour faire flatter son ego ! Point.
Deuxième type de démarche : l'apprenti-sociologue. Pour lui, le monde est tout pourri partout, mais il détient les clés de l'analyse socio-politique à l'échelle mondiale et se rêve secrètement assis à la place d'honneur du Bureau Ovale à Washington. Encore plus radical que le précédent, ce blogueur juge très durement tout le monde. Enfin, pas vraiment tout le monde : il s'estime suffisamment pour penser être le seul non-con sur Terre. Lui répondre pour lui dire autre chose que « Tu as raison ! Tu es l'Omniscience incarnée » ne sert à rien.

A l'idée de créer un blog, je me suis demandé pourquoi. Ma première réponse fut : « pour entretenir le paradoxe qui m'habite ». Pour résumer, d'une part j'aimerais parfois faire comme tout le monde pour avoir l'impression d'être normal et à ma place, mais d'un autre côté je me serais servi de cette tribune pour tenter prétentieusement de démontrer que je valais mieux que ça, que justement je n'étais pas comme tout le monde et que je devais en être fier.
Il ne m'a pas fallu longtemps pour comprendre que dans les deux cas, peu importe comment j'aurais abordé le sujet, je me serais vite retrouvé dans l'une des deux catégories décriées à l'instant. J'ai souvent des avis sur beaucoup de chose, mais rarement la prétention de détenir La Vérité Ultime. Mes proches m'ont déjà dit que j'écrivais bien, j'en tire une légère fierté mais pas au point d'imposer mes écrits à des gens qui ne me liront même pas. Je préfère connaître et aimer le lecteur et que le lecteur me connaisse et, si possible, m'aime aussi.
C'est ça, ma sphère privée...
 
 


04/11/2008
9 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 6 autres membres